March 24, 2007

J’écris


Rajasthan

Sur une planche en bois,
Peinte en argile blanche
Issue de ton sol généreux
Avec ma plume de roseau
Et mon encre en laine brulée

J’écris dans ta poésie
Dans la langue de ton désert
Venue de loin à travers les chemins
Des caravanes de Tombouctou
Tracés sur tes parchemins
Gravés dans ta mémoire

J’écris dans l’eau de tes puits
Et sur tes effigies en gré
A dos de tes dromadaires
qui partent à la recherche de ma tête
J’apprends à encaisser
Les coups qui surviennent

J’écris ton nom en hiéroglyphes
Sur l’omoplate de mon mouton de l’Aïd
Né sous un soleil accablant
Un jour d’été de l’an du retour
De ce roi militant apparu dans la lune
Au cœur d’une tempête de sable
A l’horizon du haut de la colline

11 comments:

Nina louVe said...

J'arrive ici, chez toi Rêveur c'est comme de me poser sur un mirage dans le désert.

C'est comme naître plein de fois
C'est comme, voir un passé ressurgir, le tien. Et je me fais discrète. J'assiste si heureuse à tes premier mots, pas ceux que tu dis, ceux, ici, que tu te permets d'écrire.

Et...Comment te remercier d'avoir si bellement traduit une de mes poésies ?

Comme ça, maintenant, en pleurant de joie.

n'oublies pas Rêveur, c'est toi qui sème ta joie, même si les autres la sèment en toi, n'oublies pas je te prie...

Nina louVe said...

c'est toi
qui Mène ta joie !!!!
même si, naâm, oui
les autres la Sèment en toi

alo said...

bravo tassourt , dreamer le rêveur ! magnifique , j'aime apercevoir cet acte magnifique d'écrire si physique le kalame entre les doigt , le bois , le roseau , et ces vagues de vents ces surgissements d'eau si rare ce sable cette langue prend forme et s"écrit au coeur lentement dans ce temps du desert,
bravo d'avoir traduit nina louve cette âme d'afrique qui chante son amour dans des barques de mots toute voile au vent
salaam

Dreamer said...

Tes mots si doux et si gentils me touchent profondément, Nina, au même degré que ta poésie, qui me remplie de joie et de fierté et fait parler mes sentiments autant qu’elle éveille en moi cet amour pour la poésie qui était en hibernation depuis si longtemps. Tes mots arabes minutieusement choisis font de tes poèmes des œuvres d’arts hors pair. Comment rester indifférent devant ton talent et devant ce geste plein de sens envers ma culture et ma langue Arabe. Et puis, comment te remercier pour tout cela ?

dreamer said...

alo,
Je suis tellement touché et honoré par vos propos si bien exprimés, comme je suis ravi de votre visite. Merci infiniment.

3amrouch said...

merci pour le voyage.
je decouvre ton blog
je revindrais souvent.

Gaëna said...

Un petit souffle sur vos mots, les envoler encore plus haut et les graver aussi dans l'air...

Et à Nina... Très grand Sourire...

Titif said...

On a vraiment bien fait de t'encourager à graver tes mots sur cette sphère. Je ne sais plus qui t'a encouragé, merci "on".
C'est beau ce que tu nous offres.

delphinium said...

J'arrive ici depuis mes rocs enneigés, amenée par la main d'une belle dame, sur vos chemins poétiques. Dans ce texte suinte l'odeur du sable surchauffé, le scintillement des eaux des puits et le silence du désert qui s'imprègne en nous pour y laisser devant nos yeux la trace indélébile de la grandeur de notre monde.
Je reviendrai.
Meilleures salutations

Jacksta said...

These songs, prayer, have me digging, digging into the loam, wrap me completely. I have no words; your beauty enfolds me- Strong medicine. I woke up and there again, sand on my pillow.

thank you xx

superk said...

juste un petit mot pour vous dire que je vous ai rajouté à mon blogroll.